Sir William Herschel était un musicien. Non je ne me suis pas trompée de blog, nous sommes bien sur mon blog d’astronomie. Alors pourquoi je parle de lui ? Tout simplement parce qu’au milieu de la trentaine, il a commencé à s’intéresser à ce qui se trouvait au-dessus de lui : le ciel et le cosmos !

William Herschel, le musicien

Né le 15 novembre 1738 en Allemagne sous le nom de Friedrich Wilhelm Herschel, l’astronome est le fils d’Anna Ilse Moritzen et d’Issak Herschel. Son père musicien militaire, violoniste et hautboïste lui permet d’avoir une éducation musicale. Le jeune William joue d’ailleurs dans le même groupe que lui dans ses premières années. Après avoir participé à la bataille de Hastenbeck avec son frère, il déserte l’armée pour s’installer en Angleterre en 1759. Il commence par y enseigner la musique et devenir interprète et compositeur. Il composera une quarantaine d’œuvres : symphonies, concertos, sonates pour clavecins et musique religieuse. Puis durant l’année 1766, il est nommé organiste d’une chapelle à Bath, célèbre station thermale.

En 1772, sa sœur Caroline déménage également en Angleterre après la mort de son père pour vivre avec lui et suivre une formation de chanteuse.

Découverte de la planète Uranus

Peu à peu, l’intérêt de William Herschel pour l’astronomie se développe. Trop pauvre pour acheter un appareil astronomique, il loue un petit télescope pour observer le ciel. Il construit plusieurs grands miroirs concaves en bronze afin de construire ses propres télescopes. e ciel devant son télescope immobile et étudiant tout ce qui traverse son champ de vision. Lors de ses observations, il dicte ce qu’il observe à sa sœur Caroline qui consigne les informations. 

En 1781, lors de sa troisième et plus complète étude du ciel nocturne, William remarque un petit objet qui se déplace lentement dans le ciel. Pensant avoir trouvé une comète, il approfondit ses observations et découvre qu’il s’agit en réalité d’une planète, en partie grâce aux calculs d’Anders Lexell ! Il appelle « Georgium Sidus » en hommage au roi George III, mais c’est en hommage au dieu grec du ciel que cet objet est définitivement nommé : Uranus !

Son ami, le Dr William Watson, Jr., le présenté à la Royal Society of London, qui lui décerne la médaille Copley pour cette découverte. Il est également nommé membre de la prestigieuse société royale londonienne. 

Astronome de la cour

À la suite de cette grande découverte, le monarque le fait chevalier et le nomme au poste d’astronome de la cour. Il gagne une pension annuelle de 200 £. Caroline devient quant à elle la première femme rémunérée pour un travail scientifique avec 50 £ par an. William Herschel interrompt alors sa carrière musicale afin de se consacrer au ciel et au cosmos. Il déménage avec sa sœur à Datchet, près du château de Windsor.

Observation des nébuleuses et autres travaux

Particulièrement intéressé par le Catalogue des nébuleuses et des amas d’étoiles de Charles Messier, il commence à examiner les nébuleuses. Le 23 octobre 1783, il entreprend une étude du ciel par lui-même aidé de Caroline. Pendant 20 ans, il observe 2 500 nouvelles nébuleuses et amas d’étoiles et les enregistrés dans Le catalogue général des nébuleuses. Le catalogue agrandi est finalement renommé Nouveau catalogue général.

En 1787, il découvre deux lunes autour d’Uranus : Titania et Oberon. Deux ans plus tard, il trouve les sixième et septième lunes de Saturne : Encelade et Mimas. En 1789 l’astronome termine la construction d’un immense télescope doté d’un miroir de 1,22 mètre pour une focale de 12 mètres. Mais l’utilisation n’est pas très aisée, il préférera finalement se servir de ses télescopes de taille moins impressionnante. 

télescope William Herschel

En 1801, il propose le nom “astéroïdes” pour les grands corps découverts. Cette fois-ci le nom est accepté et conservé. 

À l’âge de 50 ans, Herschel épouse la veuve Mary Pitt. Leur union donnera naissance en 1792 à un fils, John qui suivra le chemin de son père. Sur les 7 840 nébuleuses et amas du catalogue aujourd’hui, 4 630 ont été découverts par Herschel et son fils.

L’astronome est nommé vice-président de la Royal Astronomical Society nouvellement formée en 1820 et président l’année suivante. Il décède en Angleterre le 25 août 1822, à l’âge de 83 ans.

Tout au long de sa vie, Caroline l’assiste dans son travail scientifique. Elle est d’ailleurs la première femme à découvrir une comète et en trouvera finalement huit. Elle a également découvert plusieurs objets du ciel profond et est la première femme nommée membre honoraire de la Royal Society.