Le scientifique britannique Edmond Halley est surtout connu pour sa grande découverte : la prédiction de l’orbite de la comète qui porta plus tard son nom. En réalité il était non seulement astronome, mais également géophysicien, mathématicien et météorologue. Je vous propose donc de découvrir la biographie de Edmon Halley.

Jeune universitaire

Edmond Halley est né le 8 novembre 1656 près de Londres en Angleterre. Il porte le même nom que son père Edmond Halley Sr, un savonnier prospère. Sa mère Anne Halley mourra peu avant son seizième anniversaire. Le jeune Halley suit sa scolarité à la maison avant d’entrer à l’école St. Paul de Londres, où il excelle en mathématiques et en astronomie.

En 1673, il entre au Queen’s College. Il y apporte avec lui une belle collection d’instruments astronomiques achetés par son père. Il peut ainsi faire d’importantes observations. Alors qu’il est encore étudiant, Edmond Halley écrit à John Flamsteed, le tout premier astronome royal d’Angleterre, pour lui signaler des erreurs dans les tables officielles des positions de Jupiter et Saturne. John Flamsteed est impressionné par le jeune homme. L’année suivante, il l’aide à publier son premier article scientifique dans la revue de la Royal Society de Londres.  

Observations du ciel austral

Halley a fait d’importantes observations à Oxford, y compris une occultation de Mars par la lune, et a publié des articles sur le système solaire et sur les taches solaires.

Influencé par le projet de Flamsteed d’utiliser le télescope pour compiler un catalogue précis des étoiles du nord, Halley décide de faire de même pour le ciel austral. Le jeune astronome abandonne ses études et quitte Oxford sans diplôme en 1676. Soutenu par le roi Charles II (grâce au soutien de la Royal Society), il s’embarque pour l’île de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud à bord d’un navire de la Compagnie des Indes orientales. Il y reste dix-huit mois et construit un observatoire muni d’un télescope de 7,3 mètres de long. Il découvre un amas d’étoiles dans le Centaure et catalogue 341 étoiles dans l’hémisphère sud. Il y fait la première observation d’un transit de Mercure et se rend compte qu’un transit similaire de Vénus pourrait être utilisé pour mesurer la taille du système solaire. Il fait de nombreuses observations du pendule et remarque que certaines étoiles sont apparemment devenues plus pâles depuis leur observation dans l’antiquité.

Lors de ce voyage, il documente également ses observations sur l’océan et l’atmosphère. 

Retour en Angleterre

Le jeune homme publie son catalogue d’étoiles en 1678. Cette carte la plus précise qui ait jamais été tracée du ciel austral lui permet d’acquérir une bonne réputation d’astronome. Grâce à ses travaux, le jeune homme est élu membre de la Royal Society à à peine 22 ans. De plus, le roi Charles décrète qu’Oxford accorde à Halley une maîtrise ès arts.

Pendant les années suivantes, Halley continue à voyager et à faire des observations scientifiques.

Lors de l’année 1680, il observe une comète sur un bateau qui traverse la Manche pour l’envoyer en France. Sa rencontre avec Jean-Dominique Cassini l’aiguille sur l’hypothèse d’un retour périodique des comètes. Deux ans plus tard, il épouse Mary Tooke avec qui il aura trois enfants.

Edmond Halley et Isaac Newton

En 1684, Edmond Halley rend visite à Isaac Newton à Cambridge. Il désire discuter avec lui des théories du mouvement planétaire. Isaac Newton lui répond qu’il a déjà résolu le problème. Edmond Halley réussit à persuader Isaac Newton de développer ses études en lui proposant de l’aider financièrement à publier son travail. Halley corrige les épreuves lui-même et fait imprimer en 1687 Philosophiae Naturalis Principia Mathematica (“Principes mathématiques de la philosophie naturelle”).

Ses autres travaux océanographiques

En 1686, sa carte du monde, montrant la répartition des vents dominants sur les océans, est la toute première carte météorologique.

En 1698, il prend le commandement du voilier Paramour, un navire de la marine britannique pour se rendre dans l’océan Atlantique Sud afin d’en savoir plus sur les lois qui régissent la variation de la boussole. La première expédition océanographique est interrompue au bout de sept mois en raison de troubles. L’équipage refuse d’obéir à un civil ! L’année suivante, une deuxième expédition scientifique prend la mer. Ses cartes magnétiques de l’océan Atlantique et des parties de l’océan Pacifique sont publiées dans General Chart of the Variation of the Compass en 1701.

Haley et les comètes

En 1704, Halley devient professeur savilien de géométrie à l’Université d’Oxford. Il publie l’année d’après Synopsis Astronomia Cometicae (Un synopsis de l’astronomie des comètes). Dans cette étude, il détaille les orbites paraboliques de 24 comètes observées de 1337 à 1698. Il déclare que les comètes observées en 1531, 1607 et 1682 ne sont qu’une seule et même comète tournant autour du soleil. Suite à sa prédiction correcte que cet astre reviendrait en 1758, il a été nommé comète de Halley.  

En 1720, Edmond Halley est choisi pour succéder à John Flamsteed en tant qu’astronome royal.

Le 14 janvier 1742, ce grand scientifique disparaît à l’âge de 86 ans.

Sources

futura sciences