Malgré des dizaines d’années d’exploration spatiale, nous n’avons toujours pas de réponse à la question “sommes-nous seuls dans l’univers ?” La Recherche d’Intelligence Extraterrestre (SETI en anglais Search for Extra-Terrestrial Intelligence) tente de répondre à cette question en recherchant des signes de civilisations avancées dans le cosmos.

SETI

Frank Drake

Frank Drake

SETI (la recherche de l’intelligence extraterrestre) est un effort scientifique pour découvrir la vie intelligente ailleurs dans l’univers, principalement en essayant de découvrir des signaux radio qui indiqueraient une forme d’intelligence.

Projet Ozma

Le SETI moderne a commencé avec la publication Searching for Interstellar Communications de Giuseppe Cocconi et Philip Morrison deux scientifiques de l’université Cornell dans Nature. Publié le 19 septembre 1959, cet article parlait d’une stratégie de balayage des étoiles proches pour chercher le rayonnement micro-ondes non naturel.

L’astronome Frank Drake a été le premier à « écouter » les signaux intelligents avec un radiotélescope en 1960 lors d’une expérience qu’il a appelée le projet Ozma. C’est l’initiateur du projet SETI, et l’auteur de l’équation de Drake qui permet d’évaluer le nombre de civilisations extraterrestres susceptibles d’exister dans l’univers.

En 1960, le radioastronome, alors à l’Observatoire national de radioastronomie (NRAO) à Green Bank, Virginie-Occidentale, a effectué la première tentative de l’humanité pour détecter les transmissions radio interstellaires. Le projet Ozma a été nommé d’après la reine du pays imaginaire d’Oz de L. Frank Baum, un endroit « très loin, difficile à atteindre et peuplé d’êtres étranges et exotiques ». Les étoiles choisies par Drake pour la première recherche SETI étaient Tau Ceti dans la constellation Cetus (la baleine) et Epsilon Eridani dans la constellation Eridanus (la rivière), à ​​environ onze années-lumière (66 billions de milles). 

Après les étapes pionnières du projet Ozma, les recherches systématiques des manifestations technologiques des civilisations sur les planètes d’autres étoiles sont devenues un objectif scientifique réalisable.

Quelle différence entre SETI et SETI Institute ?

Il ne faut pas confondre SETI et SETI Institute.

  • Le terme SETI caractérise la quête elle-même, la recherche d’autres formes de vie avancées entreprises par des personnes du monde entier.
  • SETI Institute est un institut qui mène des recherches sur les signaux d’émissions de la vie au-delà de la Terre.

Bien que l’Institut SETI soit de loin l’organisme le plus connu de signes de civilisations avancées, ce n’est pas le seul. L’Université de Californie à Berkeley a plusieurs programmes SETI en cours, dont un utilisant l’Observatoire Arecibo. L’Université italienne de Bologne mène également une recherche radio SETI. Quant aux à Berkeley et Harvard, elles ont toutes deux des recherches optiques SETI en cours.

SETI Institute

Célébrant sa 37e année en 2021, l’Institut SETI a commencé comme institution sans but luratif avec un seul projet, le programme SETI de la NASA et deux employés, le fondateur Tom Pierson (ancien administrateur des subventions à l’Université d’État de San Francisco) et l’astronome Jill Tarter. Au fil des ans, d’autres disciplines de recherche se sont ajoutées, toutes unifiées par leur pertinence pour la recherche et la compréhension de la vie au-delà de la Terre. L’institut est passé d’une petite équipe axée sur la recherche de signaux radio au-delà de notre système solaire à une organisation composée de plus de 100 scientifiques ainsi que de spécialistes en administration, en éducation et en sensibilisation. La mission de cette structure multidisciplinaire est d’explorer, de comprendre et d’expliquer la nature et les origines de la vie dans l’univers.

Objectifs

Lorsque le projet SETI a commencé dans les années 1960 avec le projet Ozma, le seul objectif était de rechercher des signaux radio d’une civilisation extraterrestre avancée parmi les étoiles. L’organisation fait toujours cela, mais beaucoup de choses ont changé depuis. Une civilisation plus ancienne et plus avancée que la nôtre aurait peut-être abandonné l’utilisation des signaux radio depuis longtemps. C’est pourquoi en plus de rechercher des signaux radio, les scientifiques recherchent des technosignatures, une grande variété de signes possibles d’intelligence extraterrestre, y compris des changements chimiques dans l’atmosphère d’une planète, des impulsions laser et même des mégastructures en orbite autour d’une planète ou d’une étoile.

Missions et expéditions

En tant que partenaire de recherche de la NASA pour des missions telles que Cassini, Kepler, New Horizons et OSIRIS REx, l’ampleur des activités de l’Institut comprend l’instrumentation, le développement technologique, l’analyse des données et le soutien scientifique. Les expéditions sur le terrain soutenant l’astrobiologie et la géologie planétaire incluent des travaux dans l’Arctique, l’Antarctique, Atacama, les Andes, l’Islande et l’Australie occidentale. 

Historique de l’institut

L’Institut a commencé ses activités le 1er février 1985. Les premiers dirigeants de l’Institut étaient le PDG Thomas Pierson et la scientifique SETI Jill Tarter. Avant la création de l’Institut SETI, la NASA finançait un petit projet de recherche d’intelligence extraterrestre. John Billingham, chef des sciences de la vie au NASA Ames Research Center et Bernard (Barney) Oliver, anciennement de Hewlett-Packard, ont invité Tom Pierson et d’autres à discuter de l’optimisation de l’efficacité des fonds et des moyens de mettre plus d’argent dans la recherche et moins dans les frais généraux institutionnels. Ces discussions ont conduit au concept d’un organisme de recherche à but non lucratif dédié à la recherche et à l’éducation autour des facteurs de l’équation de Drake.

Débuts de l’institut

Cette vision s’est concrétisée lors de l’incorporation en 1984 de l’Institut SETI. Les premiers administrateurs du SETI Institute nouvellement formé étaient Frank Drake, Andrew Fraknoi, Roger Heyns et William Welch. Au fil des ans, des personnalités bien connues comme Carl Sagan, Lew Platt et les lauréats du prix Nobel Baruch Blumberg et Charles Townes ont siégé au conseil d’administration. 

Le fondateur et PDG, Tom Pierson décédé en 2014, a dirigé l’Institut SETI depuis sa création jusqu’à ce que sa santé le rattrape en 2013. De nouvelles orientations pour l’Institut SETI ont conduit à une restructuration des opérations de l’Institut, intégrant le programme de recherche SETI au cadre scientifique plus large du Carl Sagan Center. L’astrobiologiste franco-américaine Nathalie Cabrol occupe le poste de directrice du Centre Carl Sagan. Edna DeVore dirige les efforts d’éducation de l’Institut.

Financement de la NASA

En 1988, la NASA a commencé à financer une stratégie visant à rechercher la vie dans toutes les directions du ciel. Les observations ont commencé en 1992, à l’occasion du 500e anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde. Cependant, en un an, le Congrès a mis fin au financement. L’Institut SETI a ensuite sollicité des financements privés pour poursuivre  son travail. Les dons du public enthousiaste ont contribué à poursuivre la recherche de signaux d’autres mondes.

Le projet Phoenix a poursuivi la recherche ciblée initialement instituée par la NASA. Le programme a soigneusement examiné des régions autour d’un millier d’étoiles semblables au soleil avec les plus grandes antennes du monde.

Allen Arrey Telescope

Dans le cadre d’un projet conjoint avec l’Université de Californie à Berkeley, l’Institut a construit 42 télescopes individuels qui fonctionnent comme un seul instrument massif. L’Allen Telescope Array, du nom du bienfaiteur Paul Allen (co-fondateur de Microsoft), a commencé ses observations en 2007. Selon le SETI Institute, le réseau devrait permettre aux scientifiques d’examiner jusqu’à 1 million d’étoiles proches dans les deux prochaines décennies.

Allen Telescope Array - Seti

Allen Telescope Array

Sensibilisation du public

L’éducation et la sensibilisation du public ont toujours fait partie intégrante de l’Institut. Voici ses principaux moyens de sensibilisation :

  • les programmes de sciences spatiales et d’astrobiologie pour l’éducation formelle et informelle ;
  • la populaire émission de radio/podcast Big Picture Science ;
  • la série de conférences SETI Talks ;
  • les conférences publiques de scientifiques ;
  • la science populaire à travers l’écriture. 

La sensibilisation du grand public via les médias sociaux et d’autres efforts a reçu une nouvelle importance alors que l’Institut poursuit sa mission d’explorer les possibilités de la vie dans l’univers et de partager ses découvertes avec le public.

Nouvelles technologies

Alors que les découvertes continues nous montrent que les planètes sont très nombreuses dans l’univers et que nous sommes en mesure d’étudier leurs caractéristiques, les progrès technologiques nous donnent les outils pour élargir considérablement notre recherche de signes de vie.

Avec les nouvelles technologies, les scientifiques expliquent qu’ils pourront rechercher d’autres signes d’activité intelligente, tels que les lasers, les mégastructures comme les sphères Dyson qui pourraient être construites autour d’une étoile pour exploiter son énergie, des produits chimiques dans l’atmosphère d’une planète causés par pollution industrielle ou anneaux de satellites artificiels en orbite autour d’une planète.

SETI impliquait traditionnellement la recherche de civilisations extraterrestres. Mais il y a plus à découvrir. Par exemple, des formes de vie simples peuvent également modifier l’atmosphère d’une planète et pourraient donc être ainsi détectées.

L’Institut SETI a l’intention de pousser la recherche. Inutile de dire que la marche de la technologie et les nouvelles découvertes scientifiques influenceront les futures stratégies SETI. Mais abandonner n’est pas dans les cartes. Christophe Colomb ne s’est pas retourné simplement parce qu’il n’en a pas trouvé de nouvelles terres pendant ses premiers jours en mer. SETI

SETI at home

seti@home

 

Connaissez-vous le projet SETI@home ? En 1995, l’informaticien David Gedye a eu une idée : et si les ordinateurs personnels du monde étaient reliés entre eux sur Internet pour créer un supercalculateur virtuel qui pourrait aider avec la recherche d’intelligence extraterrestre ? Le réseau serait en mesure de trier les énormes quantités de données collectées par les radiotélescopes, à la recherche de signaux qui pourraient pointer vers une civilisation extraterrestre autour d’une autre étoile.

En l’espace de quatre ans, Gedye et son collaborateur, l’informaticien David Anderson, avaient conçu le logiciel. Ils l’ont appelé SETI@home. Les données révolutionnaires du télescope Green Bank ont ainsi été acheminées vers SETI @ home, tout le monde pouvant aider à l’analyse ! SETI @ home était l’un des plus grands projets de science citoyenne au monde et permettait aux utilisateurs de faire don d’une partie des ressources de leurs ordinateurs personnels pour aider à l’analyse de données.

L’expérience a duré 20 ans et a impliqué des millions de personnes de tous les pays. Les chercheurs du Berkeley SETI Research Center ont annoncé qu’ils arrêteraient de distribuer de nouvelles données aux utilisateurs de SETI@home à la fin du mois de mars 2020. 

Nous ne faisons qu’effleurer la surface de ce qu’une recherche moderne peut faire. Ne pas trouver un signal ne prouverait pas que nous sommes les seuls êtres pensants dans la galaxie. Après tout, l’absence de preuves n’est pas une preuve d’absence. SETI

Soutenez la fille dans la lune sur Tipeee


Sources

Space.com

Earthsky

Wired

SETI Berkley