2020 est une année bissextile ! Nous gagnons donc une journée, le 29 février, en ce plus court mois de l’année. Mais qui a donc eu cette drôle d’idée ? Il se trouve que ce serait la faute… des romains !

Qu’est-ce qu’une année bissextile ?

Qu’est-ce qu’une année bissextile ? La question a été posée à Neal DeGrasse Tyson en 2016.

L’astrophysicien explique (dans la vidéo que j’ai ajoutée au-dessus) comment fonctionne le principe de ces années bissextiles. L’année bissextile sert à compenser la différence entre l’année calendaire (de 365 jours) et l‘année solaire, c’est-à-dire le temps mis par la Terre pour effectuer un tour complet autour du Soleil.  Puisque cette année solaire est d’environ 365 jours plus un quart, un 29 février est ajouté tous les 4 ans. Mais avec ce système, il y aurait une journée de trop tous les 100 ans car une année solaire dure exactement 365,24219 jours (année tropique) soit un peu moins de 365,25 jours. Vous me suivez toujours ?

Comme l’année est légèrement inférieure à 365,25 jours, l’ajout d’un jour supplémentaire tous les 4 ans entraîne l’ajout d’environ 3 jours supplémentaires tout au long de 400 ans. Pour cette raison, sur une durée de 100 ans, seulement 3 année sur les 4 initialement prévues sont considérées comme bissextiles.

Et puisque 100 est divisible par 4, chaque 100 ans (année séculaire) nous enlevons le 29 février. Par conséquent, l’an 1900 n’était pas une année bissextile, ni l’an 1800 ni 1700. Mais en corrigeant ce problème tous les 100 ans, on se retrouve encore avec un autre obstacle et il faut alors remettre un 29 février ! C’est ce qui se passe tous les 400 ans. 

L’an 2000 était une année de centenaire donc elle ne devait normalement pas avoir de 29 février. Mais c’était également une année divisible par 400, par conséquent il fallait lui rajouter un 29 février. L’an 2000 était donc une année bissextile non pas parce qu’elle était divisible par 4 mais parce qu’elle l’était par 400 ! Ces conditions un peu compliquées ont été décidées par le calendrier grégorien en 1582.

L’histoire de l’année bissextile

 

Pourquoi le nombre de jours du mois de février est-il de 29 les années bissextiles ? Pour comprendre cela, il faut étudier l’histoire des calendriers, des réforme julienne et grégorienne. L’objectif des romains était de limiter le décalage entre le cycle solaire et le cycle lunaire.

 

Le calendrier Julien

année bissextile - Jules César

Les premiers romains avaient un calendrier de 355 jours. Pour que les festivals se déroulent autour de la même saison chaque année, un mois de 27 ou 28 jours était créé tous les deux ans. Jules César décida de simplifier les choses et ajouta des jours à différents mois de l’année afin de créer un calendrier de 365 jours.

En effet, lorsqu’il est arrivé au pouvoir, il avait passé beaucoup de temps en Egypte où les années étaient alors de 365 jours. Jusque là les Romains avaient un calendrier lunaire c’est-à-dire basé sur les phases de la lune. Inspiré par les égyptiens, Jules César décida d’abandonner ce calendrier lunaire et d’instaurer un calendrier solaire, faisant en sorte d’obtenir un total de 365 jours dans l’année. Et puisqu’une année solaire fait un peu plus de 365 jours, il a ajouté une journée supplémentaire tous les 4 ans.

Les calculs réels ont été faits par son astronome appelé Sosigenes d’Alexandrie. Chaque quatrième année suivant le 28ème jour de février (soit le 29 février), un jour devait être ajouté, faisant de chaque quatrième année une année bissextile. Le nom bissextile vient de bis-sextilis qui signifie « second sixième jour ». Le bis-sextilis venait s’ajouter après le sixième jour avant les « calendes de mars », soit à peu près au moment de notre 29 février.

Le septième et huitième mois de l’année ont été renommés Julius en latin (Juillet) pour Julius Caesar (Jules César) et Augustus (Août) pour son successeur Augustus Caesar. Malgré le fait que le pape Gregoire doive encore réajuster ce calendrier 1500 ans plus tard…

Le calendrier Grégorien

année bissextile - calendrier grégorien

Avec le calendrier julien, les dates des saisons se décalaient d’environ 3 jours tous les 400 ans.  En 1582, ce calendrier se trouvait ainsi décalé de dix jours par rapport au Soleil. Le Pape Grégoire XIII décida qu’il était temps de le réformer. Les savants mirent donc au point un nouveau calendrier beaucoup plus précis. Tout en conservant les années bissextiles instaurées par César, ils réalisèrent quelques ajustements. Le calendrier grégorien, celui que nous utilisons encore aujourd’hui, fut donc instauré en 1582. Et afin de supprimer le décalage de la dizaine de jour, le 15 octobre 1582 succéda directement au 4 octobre de cette même année !

Seconde intercalaire

Le calendrier grégorien qui prend en compte une année de 365,2425 jours n’est toujours pas suffisamment précis. De nos jours, une seconde est ajoutée ou retranchée de temps à autre pour régler le problème. D’autant plus qu’à cause de la Lune, la vitesse de rotation de la Terre diminue au fil du temps. En 1972, une première “seconde intercalaire” a ainsi été ajoutée en 1972. La plus récente date du 31 décembre 2016. Un total de 37 secondes intercalaires ont été rajoutées depuis le début.

Sources

futura science