L’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, a annoncé le 24 juin 2020 que le siège social de l’agence à Washington, porterait le nom de Mary W. Jackson, la première femme ingénieur afro-américaine de la NASA. >Mais qui était-elle ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Jeunesse

Née le 9 avril 1921, Mary Winston (son nom de jeune fille) est née et a grandi à Hampton, en Virginie. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires avec les plus hautes distinctions, elle obtient un double diplôme en mathématiques et en sciences physiques au Hampton Institute (aujourd’hui Hampton University) en 1942.

Pendant un an, elle enseigne les mathématiques dans une école noire du comté de Calvert, dans le Maryland avant de rentrer à Hampton en 1943 où elle épouse Levi Jackson, un marin de l’US Navy avec qui elle a deux enfants Levi Jackson, Jr. et Carolyn Marie Lewis. Elle travaille ensuite comme comptable au National Catholic Community Centre, réceptionniste au département de la santé du Hampton Institute et même secrétaire de l’armée américaine.

En 1951, sa carrière dans l’aérospatial décolle. Elle commence à travailler au National Advisory Committee for Aeronautics (NACA) dans la section informatique du centre de recherche Langley dans l’unité West Area Computing. Les “West Computers” est un groupe de mathématiciennes afro-américaines supervisées par Dorothy Vaughan.

Ces femmes fourniront des données qui ont par la suite été essentielles au succès du programme spatial américain. Mais à l’époque, la ségrégation fait rage. Les employés noirs doivent utiliser des salles de bains et des salles à manger séparées.

Première femme ingénieure noire à la NASA

En 1953, Jackson quitte le groupe des West Computers pour travailler avec l’ingénieur Kazimierz Czarnecki au Supersonic Pressure Tunnel. La soufflerie de 4 pieds sur 4 pieds (soit 1,2 sur 1,2 m) et 60 000 chevaux (45 000 kW) est utilisée pour étudier les forces sur un modèle en générant des vents à presque deux fois la vitesse du son.

Kazimierz Czarnecki suggère à Mary Jackson de suivre un programme de formation qui lui permettrait de devenir ingénieur. Pour cela, il faut qu’elle suive des cours de deuxième cycle en physique et mathématique. 

Pour cela, elle doit obtenir une autorisation spéciale auprès de la ville de Hampton pour suivre des cours du soir de mathématiques et de physique avec des étudiants blancs. En 1958, la NACA devient la NASA. Cette même année, Mary est promue et devient la première femme ingénieur noire à la NASA après avoir réussi à surmonter tous les obstacles.

Jackson travaille comme ingénieur en aérospatiale pendant une vingtaine d’années. Une grande partie de son travail est centré sur la circulation de l’air autour des avions. Cependant, on lui refuse toujours des postes de direction. En 1979, elle décide de quitter l’ingénierie et devient directrice du programme des femmes à la NASA. >À travers ce poste, elle essaie d’améliorer les opportunités pour toutes les femmes de l’organisation.

En 1985, elle prend une retraite bien méritée. Elle décède le 11 février 2005 à l’âge de 83 ans. Le 11 août 2019, la médaille d’or du Congrès (la plus haute distinction civile) lui est donnée à titre posthume. Katherine Johnson et Dorothy Vaughan l’ont également reçue. >

Mary Jackson et les Figures de l’ombre (Hidden Figures)

Les contributions de Jackson au programme spatial ont reçu une plus grande reconnaissance après sa mort en 2005. Elle et d’autres calculatrices de West – y compris Vaughan et Katherine Johnson – ont été l’inspiration pour le livre de Margot Lee Shetterly, Hidden Figures: The American Dream et The Untold Story of the Black Women Mathematicians (Figures de l’ombre : le rêve américain et l’histoire inédite des mathématiciennes noires qui ont aidé à gagner la course à l’espace) publié en 2016. La même année, le livre a été adapté en un film acclamé : Les figures de l’ombre. C’est la comédienne Janelle Monáe qui a été choisie pour interpréter son rôle.

En 2019, la rue desservant le siège de la NASA avait déjà été renommée Hidden Figures Way en l’honneur des trois mathématiciennes noires : Mary Jackson, Katherine Johnson et Dorothy Vaughan.

Découvrez également mon article sur une autre figure de l’ombre : Katherine Johnson.

 

Sources

NASA

Britannica

Space.com