Une seule et unique femme ingénieure est présente pour la toute première fois dans la salle de contrôle lors de la mission Apollo 8 en décembre 1968. Frances « Poppy » Northcutt, une jeune femme de 25 ans, féminine, aux longs cheveux blonds réussit à s’imposer dans un milieu uniquement masculin grâce à son travail et sa détermination.

Poppy Northcutt, une calculatrice humaine


Née le 10 août 1943 en Louisiane, Frances « Poppy » Northcutt a grandi au Texas. Diplômée en mathématiques à l’Université du Texas (désormais UT Austin), elle est embauchée pour son premier emploi en tant que « calculatrice » par TRW Systems, sous-traitant en aérospatiale à la NASA. Son rôle est d’effectuer des calculs basés sur le travail des ingénieurs masculins. En 1965, elle commence par travailler sur des projets liés au programme Gemini. Elle déclarera en 2014 à la firme Show Makers de PBS en 2014 : « Les ordinateurs étaient tous des femmes. Tous les ingénieurs étaient des mecs. »

Si dans les années à venir, tous ces calculs seront effectués par des ordinateurs, à cette époque, le travail est fait à la main, ce qui n’est pas une mince affaire… Pour utiliser des ordinateurs, il faut des tonnes de cartes perforées ainsi que faire attention à chaque détail.

J’ai commencé par travailler comme informaticienne – je ne sais pas pourquoi ils nous ont appelées calculatrices – nous ne travaillions pas nécessairement avec un ordinateur.

C’était un peu Mad Men, c’était une description assez juste du monde des femmes. Mais j’étais vraiment fascinée. Je voulais savoir ce que je faisais et pourquoi je le faisais et j’avais un diplôme en mathématiques. J’avais suivi un cours de mécanique céleste.

PBS documentary « Chasing the Moon »

Poppy veut approfondir son travail et s’intéresse à ce qui se cache derrière ces chiffres.

Elle affirmera plus tard au site astronomy : «J’en emportais un morceau à la maison tous les soirs et j’ai lu le code, puis je suis revenu le lendemain et j’ai commencé à poser des questions.»

En raison des lois limitant les heures de travail des femmes, elle ne peut pas faire d’heures supplémentaires, ce qui l’oblige à travailler moins longtemps que ses collègues masculins. Alors dans le but d’être promue, elle décide d’effectuer ces heures supplémentaires bénévolement afin de faire ses preuves.

Elle obtient rapidement une promotion et devient ingénieure de l’équipe de soutien à la planification et à l’analyse des missions de la NASA pour le nouveau programme Apollo. En d’autres termes, elle doit ramener les astronautes de la Lune vers Terre. A seulement 25 ans, Poppy est la première femme ingénieure à travailler au centre de contrôle de mission de la NASA. Portant de longs cheveux blonds et des minijupes, son look se démarque des costumes et des chemises blanches.
« C’était une chose radicale pour les gars de porter une chemise bleue. C’était un paysage plutôt sombre pour les femmes. » Elle sait qu’elle est observée. Alors que des vidéos du centre de contrôle sont diffusées dans le monde entier, elle découvre que ses collègues ont fixé une caméra sur elle afin de la regarder sur une chaîne privé.

Ce serait appelé un lieu de travail hostile aujourd’hui, mais à l’époque, nous n’avions même pas ce langage. Ils ne faisaient à peine que traiter les plaintes pour discrimination sexuelle à ce moment-là. Et encore, j’essayais de m’intégrer dans une équipe. Je n’essayais pas de poursuivre les gens en justice. Je pense que la plupart des femmes qui font l’expérience de telles choses vont juste dire: ‘OK, je dois aller au-delà de ça’.

Frances « Poppy » Northcutt
Poppy Northcutt - Apollo 11
Poppy Northcutt – Apollo 11

Poppy et son équipe conçoivent la trajectoire de retour d’Apollo 8, première mission à mettre des hommes en orbite autour de la Lune. Mais la mission Apollo 8 a été précipitée par la NASA. Le centre de contrôle n’a pas eu le temps de s’entraîner. Cette trajectoire doit être perfectionnée en temps réel ! Et les moyens informatiques sont bien loin de ceux du XXIe siècle ! Autre complication, au moment où ils doivent effectuer ces manœuvres de retour, les astronautes se trouvent du côté de la face cachée de la Lune, par conséquent, hors de portée des communications avec la Terre.

Ces calculs de trajectoire sont réutilisés pour les mission suivantes. «Nous ne faisions même pas vraiment de changements après (Apollo) 8, à moins que quelque chose ne se passe».

En réalité, le travail de Poppy consiste surtout à se préparer au pire en se étant prête au cas où il faille rapidement faire avorter la mission et ramener les hommes chez eux indemnes.

Malheureusement, un accident a lieu lors d’Apollo 13. Un réservoir d’oxygène explose mettant hors service le module de service Apollo. Le programme sur lequel Poppy et son équipe ont travaillé est utilisé pour calculer les manœuvres nécessaires. Ces derniers réussissent ainsi à trouver un moyen de ramener les astronautes sains et saufs sur Terre. Ils recevront le prix de la Médaille présidentielle de la liberté, une décoration décernée par le président des États-Unis pour avoir trouvé un moyen de sauver les astronautes d’Apollo 13. 

(Ce programme) est aussi utilisé pour des situations nominales, mais il a vraiment été développé pour des situations anormales. C’est facile de revenir lorsque tout fonctionne comme prévu. Apollo 13 vient en réalité de démontrer que le programme a fonctionné exactement comme il avait été conçu.

Frances « Poppy » Northcutt

La Blonde du centre de Contrôle


Si Poppy est beaucoup médiatisée, c’est en partie parce qu’elle veut montrer qu’une femme peut réussir à atteindre des postes avancés à la NASA.

Le simple fait que beaucoup de femmes aient découvert pour la première fois qu’il y avait une femme à Mission Control était une très grosse affaire. Je pensais qu’il était important que les gens comprennent que les femmes peuvent faire ce travail – entrer dans la science, entrer dans la technologie. Faire quelque chose qui ne soit pas stéréotypé.

PBS documentary « Chasing the Moon »

Mais la description des médias ne correspond pas toujours à ce dont elle s’attendait. Les journalistes s’intéressent surtout à son apparence. Les questions que lui pose Jules Bergman, un animateur de la chaîne ABC lors d’une interview sont plutôt étonnantes :

« Quelle attention les hommes chargés de mission accordent-ils à une jolie fille en minijupe ? »

 « On dit que lorsque vous entrez dans la salle de contrôle de la mission, la dite mission s’arrête brutalement. »

Le magazine le Record de Hackensack, dans le New Jersey, la surnomme « la rose texane de la NASA ». Le journal national The Lompoc Record quant à lui titre  » La Blonde de la salle de contrôle « .

Un salaire inférieur à celui de ses collègues hommes


Poppy Northcutt gagne plus d’argent que beaucoup de femmes mais son salaire reste bien inférieur à celui de ses collègues ingénieurs masculins malgré le soutien de son supérieur hiérarchique.

J’étais certainement consciente des problèmes qui se posaient. En travaillant dans cet environnement, je pouvais constater la discrimination à l’égard des femmes.

Et j’ai eu beaucoup de chance. La plupart des femmes n’avaient pas quelqu’un qui se battrait si dur pour elles.

C’est le problème auquel les femmes en particulier sont confrontées, si elles sont embauchées à un prix inférieur à ce qu’elles valent. Si vous ne partez pas à égalité, vous ne rattraperez jamais votre retard. «J’étais donc très consciente de cela. Et je savais aussi que j’avais vraiment de la chance. … Et j’ai pensé, parce que j’avais de la chance, que j’étais mieux placée pour parler de ce genre de problèmes à des femmes qui n’ont pas la même chance que moi.

Frances « Poppy » Northcutt
 » Il n’y avait qu’une seule femme dans la mission de contrôle lorsque le module lunaire d’Apollo 11 a atterri sur la Lune, aujourd’hui les femmes représentent 34% de la force de travail de la NASA « 

Heureusement depuis cinquante ans, les femmes sont beaucoup plus représentées.

Il y a maintenant beaucoup de femmes dans la salle de contrôle. Au (Laboratoire de propulsion par jet), la plupart des chefs de projet sont des femmes et à la Station spatiale internationale… C’est vraiment excitant à voir.

Frances « Poppy » Northcutt

Poppy Northcutt, avocate pour le droit des femmes


Étant la première femme du centre de Contrôle de la Mission, on me posait des questions sur le statut des femmes à l’époque. J’ai commencé à y réfléchir davantage. J’ai commencé à être plus consciente de la discrimination qui sévissait.

Frances « Poppy » Northcutt

Suite à ces expériences, elle devient la première militante des droits des femmes de la ville de Houston, faisant la promotion de lois et d’actions exécutives permettant aux femmes d’occuper le poste d’agent de police ou encore de pompier. Elle reprend ses études et obtient un diplôme en droit à l’université de Houston en 1981. S’orientant plus particulièrement vers le droit des femmes, elle travaille pour le procureur du comté de Houston, réussit à créer une unité de lutte contre la violence domestique au bureau du procureur local, exerce les fonctions de greffière auprès d’un juge d’appel fédéral en Alabama avant de se tourner vers la pratique privée.

Elle est également membre de NOW (National Organization for Women, en français : Organisation nationale pour les femmes) qui milite entre autres pour l’accession des femmes au pouvoir ou encore l’égalité des salaires entre hommes et femmes. Espérons que les nombreuses femmes ingénieures de NASA gagnent aujourd’hui autant que les hommes…


Sources

https://en.wikipedia.org/wiki/Frances_Northcutt

astronomy

National Geographic

Space.com

https://www.space.com/poppy-northcutt-chasing-the-moon-clip.html

http://astro-notes.org/memo/cratere-Poppy/le-crat%C3%A8re-lunaire-poppy.pdf

https://phys.org/news/2019-07-women-nasa-space.html