Les Perséides : la pluie d’étoiles filantes à ne pas manquer

Comme chaque été, ces jours-ci nous pouvons assister à un magnifique spectacle céleste. Les Perséides sont des pluies d’étoiles filantes (entre 50 et 100 au pic de ce phénomène)

 

D’où vient le nom des Perséides?

Si vous vous intéressez à la mythologie grecque, vous pouvez remarquer que leur nom dérive de Persée, le fils de Zeus et de Danaé. Mais, Persée est également le nom d’une constellation de l’hémisphère nord située à côté de Cassiopée. Les Perséides semblent provenir d’un même point (appelé radiant) de cette constellation d’où leur nom. Mais, il ne s’agit que d’une illusion due à un effet de perspective. En pratique, vous pouvez les observer dans des directions très éloignées de Persée.

 

radiant des Perséides dans la constellation de Persée © AMS
radiant des Perséides dans la constellation de Persée © AMS

 

La fête de Saint-Laurent de Rome étant célébrée le 10 août, soit la date à laquelle avait lieu autrefois le maximum d’intensité des perséides (aujourd’hui il se situe plutôt autour du 12 août), elles sont également appelées « Les Larmes de saint Laurent ».

Pourquoi apparaissent-elles chaque année?

Les premières traces écrites de l’apparition de cette pluie d’étoiles filantes datent de l’année 36 en Chine et les premiers rapports européens de 811. En 1862, les astronomes américains Lewis Swift et Horace Parnell Tuttle découvrent la comète qui sera baptisée en leur nom Swift-Tuttle. De nature périodique, elle ne repasse près de notre soleil que tous les 133 ans. Son dernier passage ayant été observé en septembre 1992 par Tsuruhiko Kiuchi un astronome amateur, elle ne reviendra près de nous qu’en 2126.

Entre 1864 et 1866, l’astronome italien Giovanni Virginio Schiaparelli remarque que l’orbite des Perséides est semblable à celle de 109P/Swift-Tuttle et réalise alors que la comète est la source de ces Perséides.

Lorsqu’une comète passe près du Soleil, elle perd de sa matière : une queue de gaz ionisé ainsi qu’une queue de poussières apparaissent. Lors de ses passages successifs, Swift-Tuttle laisse échapper des débris qui constituent ce qu’on appelle un essaim de météores. La Terre traverse ce nuage de poussière du 17 juillet au 24 août. Lorsqu’elles pénètrent dans notre atmosphère à une vitesse d’environ 200 000 km/h, les Perséides peuvent atteindre une température de près de 1 700 degrés. Nous pouvons alors observer à l’oeil nu de magnifiques traînées lumineuses : les étoiles filantes! Leur nombre varie en fonction des années. En 1993, la comète 109P/Swift-Tuttle venant de passer près de nous à peine quelques mois auparavant, jusqu’à 300 météores traversèrent le ciel par heure!

 

 

Le cercle bleu est l’orbite de la Terre. L’ellipse blanche et les points blancs qui l’entourent marquent le courant de poussières laissées par la comète 109P/Swift-Tuttle. © meteorshowers.org, Ian Webster

 

Un phénomène riche en bolides

 

un bolide avec sa traînée lumineuse
un bolide avec sa traînée lumineuse

 

Les Perséides sont également connues pour être riches en bolides. Le météore est le phénomène lumineux produit par la rentrée dans l’atmosphère d’un corps de la taille d’un grain de sable et qui produit une traînée lumineuse dans le ciel, d’une durée d’une ou deux secondes. Le bolide est lui de plus grande taille (de 1 cm à plusieurs dizaines de mètres) et produit une traînée particulièrement intense qui dure quelques secondes, dizaines de secondes voire, exceptionnellement, 1 ou 2 minutes. Alors que les corps plus petits produisent ce phénomène lumineux à une altitude comprise entre 70 et 120 km, le bolide reste quant à lui visible jusqu’à une altitude de 20 à 30 kilomètres. Les bolides sont particulièrement lumineux avec une magnitude inférieure à -3. La magnitude apparente permet de classer les étoiles selon leur luminosité. A noter que plus un objet est brillant plus sa magnitude est faible.

 

12 août, 2016 Spruce Knob, West Virginia. Credit: NASA/Bill Ingalls
12 août, 2016 Spruce Knob, West Virginia. Credit: NASA/Bill Ingalls

 

 

Si vous voulez observer les étoiles filantes cet été, le pic d’activité se situera dans la nuit du 12 au 13 août à partir de 22h. Et nous avons de la chance, la nouvelle Lune a lieu le 11 août, les nuits lors du maximum d’activité seront donc presque entièrement noires. Et si vous voulez les prendre en photo voici quelques conseils de la NASA :

10 Things: How to Photograph a Meteor Shower

Alors installez-vous confortablement en évitant au maximum la pollution lumineuse, préparez vos voeux et bon spectacle.

 

 

Voir aussi :
Quelle est la différence entre astéroïde, météorite, comète et étoile filante?

Pour aller plus loin

Le ciel à l’oeil nu en 2018 (16è édition): Mois par mois les plus beaux spectacles. 

Acheter sur Amazon

 

Sources

https://www.afastronomie.fr/les-perseides

https://solarsystem.nasa.gov/small-bodies/meteors-and-meteorites/perseids/in-depth/

http://www.cnes-geipan.fr/index.php?id=349

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *